°°° Slumdog Millionaire, le livre [Contemporain]°°°

Titre VO Slumdog Millionaire, Vikas Swarup
éditions 10/18 (Domaine étranger)

Ram est un jeune gamin des rues qui rêve de devenir quelqu’un. Lorsqu’il remporte la loterie du jeu « Qui veut gagner un milliard de roupies », la production le soupçonne d’escroquerie. Le jeune homme replonge dans l’histoire de sa vie, et au fil de multiples rencontres, il nous apprend que la chance sourit parfois aux plus audacieux…

Mon avis:

Cet article sera un peu une sorte de comparaison entre le film Slumdog Millionaire et le livre original de Viskas Swarup. Autant vous dire dès le départ qu’à part le prénom Salim et le coté « indien pauvre qui gagne à Qui veut gagner des millions ? », absolument TOUT est différent !

J’ai été surprise dès le début par la différence de nom du personnage principale, qui s’appelle Ram Thomas Mohammad dans le livre. Je ne peux pas trop parler de sa vie, mais en gros Salim n’est pas son frère et sa mère n’a pas été tuée par les chrétiens. A la place, on découvre une enfance beaucoup plus sombre que celle du film, où on a l’impression que les enfants ont réussi a survivre tout seuls comme des grands au Taj Mahal. On y parle ouvertement d’abus sexuels, de pédophilie, de prostitution, mais surtout de l’envers du décors des comédiens de Bollywood.

En effet, Salim (contrairement au film où je le détestais huum) n’est pas un vilain garçon qui viole la copine de son frère après avoir menacé celui-ci avec une arme à feu. Il est d’ailleurs très peu présent dans le livre, et les seules fois où il est là on parle surtout de son envie de devenir comédien coûte que coûte. Mais son personnage m’a beaucoup touché, c’est bizarre que dans le film ils l’aient fait aussi radicalement différent ! J’ai été vraiment déçue de l’absence de Latika, alors qu’à la base c’est elle la raison de la participation de Ram à l’émission, pour qu’elle puisse le retrouver. Il est bien question d’une fille mais elle n’apparaît qu’à 100 pages de la fin ! Donc bon ça m’a beaucoup surprise ! Ram Thomas est un personnage complètement différent du Jamal Malik du film: plus âgé que Salim, c’est lui qui le sauve de « l’orphelinat » au début et non pas le contraire, mais on aperçoit vraiment son coté naïf, surtout dans ses conversations avec les adultes. Ah oui, Salim n’est jamais entré dans la mafia indienne !

Comme dans le film, une période de la vie de Thomas correspond à une question de l’émission. Par contre, les histoires ne se suivent pas du tout chronologiquement, et au début j’ai eu du mal à comprendre, j’étais là « Mais dans l’autre chapitre il était dans le chawl avec Salim, pourquoi il travaille chez cette actrice maintenant ? Il est où Salim Oo », et jusqu’à la fin j’ai eu du mal à m’y faire ! Je n’ai pas toujours compris le rapport entre l’histoire et la question, comme se fut le cas pour la question 2 ou 3 je crois. Mais comme dans le film, sa vie est vraiment extraordinaire, on se demande comme c’est possible de vivre autant de choses en 18 ans !

Pour conclure, j’ai beaucoup aimé ce livre et je vous le conseille vivement, rien que pour connaître les vraies conditions de vie des enfants indiens, souvent orphelins et livrés à eux-mêmes. Par contre, essayez de vous détacher du film, ne lisez pas ce livre parce que vous avez aimé le film, c’est complètement différent !

°°° C’es lundi ! Que lisez-vous ? [Humeurs] °°°



Un rendez-vous initié par Mallou et repris par Galléane pour échanger sur ses lectures passées, en cours et à venir !

  • Cette semaine, ma grande lecture a été le dernier tome de La Déclaration, de Gemma Malley. Je termine cette saga avec un avis plutôt mitigé: après un premier tome très prometteur, je trouve que l’intrigue piétinne, pour terminer avec un épilogue pas très folichon ! 

Cette semaine, j’ai réussi à terminer la lecture de:

  •  Hex Hall, de Rachel Hawkins. J’ai aimé ce roman, qui même s’il ne révolutionne pas le monde du fantastique, m’a fait passer un agréable moment. Je vais lire le tome suivant, en espérant qu’il y ait un peu plus d’action !

Je suis en train de lire:

  •  Ne jamais te croire, de Melissa Marr, qui est la suite de Ne jamais tomber amoureux, que j’ai chroniqué il y a déjà pas mal de temps ! Pour l’instant je ne suis pas franchement convaincue par le début de l’histoire, que je trouve assez lente et ennuyeuse… Mais j’ai envie d’en savoir plus sur la Cour du Roi des Ténèbres, à voir donc !

Cette semaine, j’aimerai lire:

  •  La Honte ! que je vous ai présenté hier, vu qu’il est tout petit il ne va pas me prendre beaucoup de temps. Et j’aimerai aussi commencer Le Prix du Pécher, d’Elodie Lyonnet, vu que j’ai trois semaines pour le lire, ça serait bien de l’avoir terminer avant ! Et s’il me reste du temps, pourquoi ne pas entamer Jude R, que je dois lire avant le 21 décembre, ce n’est pas pressé, mais j’aime me « débarasser » des lectures de partenariat pour ne pas être en retard !

Et je n’ai toujours pas abandonné de livre !




Rendez-vous sur Hellocoton !

°°° In my mailbox #4 [Humeurs] °°°



In my mailbox a été mis en place par Kristi de The Story Siren, et repris en France par Liliebook depuis peu. Le concept est simple, toutes les semaines ou moins souvent, on partage avec les autres bloggeurs et bloggeuses les livres qu’on a reçu, qu’on a acheté ou emprunté.




La honte ! reçu grâce à l’Opération Masse Critique de Babelio. Bon j’avoue, je n’ai pas lu le résumé avant de le cocher, et je ne savais pas qu’il s’agissait d’un livre philosophique ^^’ Mais bon, je l’ai feuilleté vite fait et il a l’air plutôt pas mal, avec de l’humour, à voir donc ! Et puis si ça peut aider pour mes cours, je suis preneuse !



Le Prix du péché, d’Elodie Lyonnet, reçu grâce aux Agents littéraires. L’auteure est née en 1993, elle n’a qu’un an de plus que moi ! Je suis très curieuse sur ce livre, qui fera sûrement parti de mes lectures à venir !


Rendez-vous sur Hellocoton !

°°° Wish-list [Humeur] °°°


Let’s go pour la wish-list !!

Horreur/terreur

Poltergeist, Tome 2, James Kahn
Malédiction du sang, Celia Rees
Hanté, James Herbert
Les ruines, Scott Smith
Photo hantée, Stefan Petrucha
Infection, Scott Sigler
Fog, James Herbert
La maison des damnés, Richard Matheson
Le portrait du mal, Graham Masterton
Dark water + Ring + Double hélice + La boucle + Ring zéro, Koji Suzuki
Rituel de chair, Graham Masterton
Le travail du furet, Jean-Pierre Andrevon
La fête du maïs, Thomas Tryon
Les chroniques de l’armageddon, J.L Bourne
Le virus morningstar, Z.A Recht
Vivants, Isaac Marion
Apocalypse zombie, Jonathan Maberry 
Zombie thérapie, Jesse Petersen
Ennemis, Charles Higson
Cellulaire, Stephen King
L’exorciste, William P. Blatty
Un bébé pour Rosemary, Ira Levin

SF :

Le monde englouti, J.G Ballard
La musique du sang, Gear Bear
Le jour des Triffides, John Wyndham 
Malevil, Robert Merle
Le monde vert, Brian Aldiss
L’échiquier du mal, Dan Simmons
Le travail du furet, J.P Andrevon
L’homme qui rétrécit, Richard Matheson
Totem, Davis Morrell

Jeunesse/fantastique/bit-lit:

De fièvre et de sang, Sire Cédric
Immortels, Cane Tiernan
La femme du vampire, Nine Blazon
Instinct, Tome 1, Vincent Villeminot
Dracula l’immortel, Dacre Stoker
Entretien avec un vampire, Anne Rice
Morpheus Road, Tome 1, D.J MacHale
Gone, tome 4: L’épidémie, Michael Grant
Tara Duncan, tome 9: Tara Duncon contre la Reine Noire, Sophie Audouin-Mamikonian
Divergent, Veronica Roth

Littérature étrangère:

Mémoires d’une geisha, Yuki Inoue
Auprès de moi toujours, Kazuo Ishiguro
Precious, Sapphire
Les fabuleuses aventures d’un indien malchanceux qui devient milliardaire, Swarup Vikas
Rafael, derniers jours, Gregory Mcdonald

Histoire:

J’étais médecin dans les tranchées, Louis Maufrais
Frères d’armes, Stephen E. Ambrose
Les Marines dans la guerre du pacifique, Robert Leckie

Thriller

Shutter island, Dennis Lehane





Rendez-vous sur Hellocoton !

°°°Wam [Littérature]°°°




Wam, Slimane Kader
éditions du NiL


Les aventures, sur une nuit, d’un jeune de cité venu goûter au miel de « Paname ».
Un premier roman à se tordre de rire.


Wam et ses copains de la « cité des artistes » ont un emploi du temps immuable : lever à 16 heures puis occupation du hall BC jusqu’à la tombée de la nuit. Un soir, accablés par l’ennui, ils décident d’une virée sur Paname… Le début d’une nuit de folie… Happé dans un tourbillon de vie et d’embrouilles, Wam se retrouve au milieu d’une crise de couple, se tape la cloche à l’oeil dans une brasserie, festoie dans un Donald avec un caïd du 93, pousse la chansonnette dans un loft de bobos, devient mascotte d’une soirée mondaine, transforme un camion poubelle en taxi, etc.


Sur le modèle de After Hours de Martin Scorcese – une nuit, une grande ville, une succession d’aventures -, ce premier roman enchaîne blagues et rebondissements à un rythme trépidant et nous fait découvrir un Paris inédit : voici la ville lumière telle qu’elle brille dans le regard d’un enfant des cités. Voici comment toute ville fait fantasmer ceux qui vivent à ses marges.

Mon avis:

J’ai pleins de choses à dire sur ce livre, enfin plus que d’habitude (c’est dire). 

Déjà, quand j’ai ouvert le livre, j’ai été « choqué » par l’abondance de points de suspention, il n’y a que ça ! Ca m’a un peu dérangé au début, mais après je m’y suis habituée. Un autre point qui m’a dérangé: la langue. Alors bon, Wam est un banlieusard, il parle comme un balieusard, et tout est retranscrit de façon parlée. J’ai beau être jeune et habiter dans un quartier avec pleins de « racailles », il y a des tas d’expressions que je ne connaissais pas ! Souvent, je devais interrompre ma lecture pour déchiffrer une phrase que je ne comprenais pas ! Aller un petit exemple comme je suis gentille : 

« A la maison, je suis le seul keum de la basse-cour . . . Avec une rem, deux soeurs, un rep qui est rip, je roule ma caisse . . . »



Rip ? Kékécé ? C’est tout simple ! Rip = R.I.P = Rest In Peace = Mort. Son père est mort quoi. J’ai trouvé qu’il y avait des choses assez vulgaires (et pourtant j’en entend des choses dans la rue), qui m’ont un peu choqué dans le sens où l’on a pas l’habitude de les voir dans des romans, pour celles qui me suivent sur Hellocoton, il est question de teub . . .


Grâce à Wam, plusieurs choses que je pensais sur les « racailles » m’ont été confirmé:
– Oui, ils se trouvent super stylés avec leur survet’
– Oui, quand ils nous abordent, ils ont leur petite technique de drague sur mesure qui n’a qu’un but, nous attirer dans le lit
– Et donc oui, on a raison de baisser les yeux et de tracer notre route quand on voit qu’il y en a un qui nous regarde/parle/sourit/fait tss tss, parce qu’ils n’ont l’intention de nous lâcher !


Passons aux choses positives maintenant, parce que malgré tout, j’ai vraiment aimé ce livre. J’ai trouvé Wam très touchant par moment, on sent qu’il aimerait changer, et pourquoi pas devenir un vrai artiste. On voit aussi qu’il tient énormément à ses amis, et la scène finale m’a beaucoup ému ! Ce livre nous montre que les banlieusards cherchent pour la plupart à faire quelque chose de leur vie, sauf qu’ils n’osent pas en parler à leurs amis, de peur de casser leur réputation de « gros dur », c’est dommage. Certains utilisent des moyens classiques pour y parvenir (Mcdo…), et d’autres des moyens beaucoup plus douteux, mais on va dire que c’est l’intention qui compte ^^. Les situations dans lesquelles se retrouvent Wam sont dans l’ensemble assez vraisemblables, à part quelques unes vraiments bizarres, mais ce sont ces dernières qui m’ont le plus amusées. 

Pour finir, je n’ai pas trouvé ce roman hilarant, contrairement à ce qu’il en était annoncé dans le résumé, mais j’ai quand même rigolé plusieurs fois, et surtout, j’ai été touché par Wam et sa sincérité. J’ai terminé ce livre le sourire aux lèvres !



Et le petit mot de la fin façon Wam: Lisez ce livre, vous allez kiffer votre race, la vérité ! 


Merci aux éditions du NiL et à News Book pour ce partenariat !


Ce livre fait parti des livres voyageurs.


Rendez-vous sur Hellocoton !