°°° The Walking Dead tome 2: La route de Woodbury [horreur] °°°

https://i1.wp.com/www.livraddict.com/covers/87/87412/couv23692822.jpg

The Walking Dead tome 2: La route de Woodbury, Robert Kirkman.
éditions Le Livre de Poche

Quand l’invasion zombie a dressé les vivants contre les morts, Lilly Caul a fui la banlieue d’Atlanta. D’abris de fortune en campements improvisés, elle essaie à présent de survivre. Mais les zombies sont de plus en plus nombreux, et leur appétit pour la chair est sans limites. Terrorisée, Lilly trouve refuge dans une ville fortifiée connue sous le nom de Woodbury. De prime abord, c’est un parfait havre de paix : les habitants troquent de la nourriture contre des services, les barricades sont solides et le mystérieux leader qu’on appelle Philip Blake veille sur les citoyens. Pourtant, Lilly commence à douter : Blake veut qu’on l’appelle le Gouverneur, et ses idées sur la loi et la justice sont … déviantes. Avec une bande de rebelles, elle ouvre la boite de Pandore et défie le Gouverneur. La route de Woodbury se transforme alors en autoroute pour l’enfer.

Mon avis:

Alors que la saison 3 de la série vient d’atteindre sa pause, on fait durer la magie encore un peu avec ce deuxième tome du romain indépendant !
Si le premier tome se concentrait exclusivement sur la vie de Brian, Philip et Penny Blake, ce nouveau roman aborde l’apocalypse du côté d’un nouveau groupe de survivants: Lily, Josh, Megan, Scott et Bob. Au début du livre, ils se trouvent sur un camp similaire à celui de la saison 1 de Walking Dead, mais comme ils ne s’y sentent plus à leur aise, ils décident de partir. Après quelques temps passés sur les rues, ils vont se retrouver à Woodbury, et contrairement à Andrea (hum hum), ils vont rapidement remarquer que quelque chose cloche.

Ces nouveaux personnages sont très intéressants, surtout Lilly et Megan, même si cette dernière ne fait pas partie des personnages principaux. Ils montrent encore plus le changement qui peut se faire dans les rapports humains et le comportement des gens. Megan m’a beaucoup touchée, surtout vers la fin du roman. J’ai beaucoup aimé Lily car je me suis assez identifiée à elle, et Josh m’a fait pensé à Coffey dans La ligne verte ^^ Les relations entre ces personnages sont très compliqués, ils restent ensemble sans pour autant s’apprécier plus que ça, ils sont parfois même indifférent au sort de leurs compagnons.

Ce roman aborde la création des fameux combats dans l’arène, et quand on voit pourquoi le Gouverneur en est arrivé là, on se dit que finalement il n’avait pas complètement tord… Ce tome m’a confirmé ce que je pensais à propos du Gouverneur de la série, qui n’est pour moi que l’ombre de Philip Blake. On voit que la psychologie du Gouverneur est très très complexe, c’est l’un des personnages les plus étudiés que j’ai vu, sa crise d’identité à la fin du roman m’a bouleversé. Je ne peux pas trop en dire, mais Brian Blake est toujours présent au fond du Gouverneur, Brian joue à se comporter comme Philip, il se dit souvent « Qu’est-ce que Philip ferait ? Comment Philip marchait, parlait ? », il a pris la personnalité de son frère.

Malgré tout, j’ai trouvé ce tome un poil plus mou que le précédent, l’action met du temps à vraiment commencer. Les zombies sont moins présents, mais leurs apparitions sont très violentes. Je suis frustrée de ne pas savoir ce que deviennent les personnages après la fin, parce que j’ai eu beau me retourner l’esprit je ne vois aucune Lily ou autre dans le comics ou la série, même si Martinez, l’un des bras droit du Gouverneur, me dit effectivement quelque chose. Je suis un peu déçu qu’il n’y ai pas eu de références concrètes aux comics comme dans le tome 1 où c’est Philip Blake qui écrit cet écriteau « Tous morts » machin, je pensais qu’ils allaient parler de l’hélicoptère qui s’écrase ou quoi, mais non…

J’ai hâte de savoir ce que les personnages vont devenir, et j’espère que l’auteur va continuer à approfondir la personnalité du Gouverneur !

Publicités

°°° Cellulaire [Horreur] °°°

Cellulaire, Stephen King
édition Le livre Poche

Le monde civilisé ne disparaît pas dans un bruit de tonnerre ou un gémissement. Il finit sur un simple appel de votre portable. On se souviendra de ce qui est arrivé un bel après-midi de 1er octobre, comme de ‘La Pulsation’. Un signal envoyé à tous les portables qui transformera leurs utilisateurs en quelque chose de… comment dire ?, pas tout à fait humain. Sauvage, meurtrier, d’une violence aveugle et déchaînée. Acte terroriste ? Canular cybernétique devenu incontrôlable ? Peu importe aux rescapés de cette attaque technologique. Ce qui leur importe avant tout, c’est de s’en sortir. Un groupe de ‘Normaux’ – c’est ainsi qu’ils se considèrent – se rassemblent alors sur le terrain de sport d’un lycée où, dans la clarté de la lune, les attend une chose monstrueusement terrifiante.

Mon avis:

Depuis le swap zombie, j’ai appris que Stephen King avait écrit un livre sur ce sujet, il m’a fallu du temps pour l’acheter, mais je l’ai lu !

L’action commence dès les premières pages par le début de l’Impulsion. Cette scène est très violente mais vraiment bien décrite. C’est vrai que de part le titre, on sait que les téléphones ont un rapport avec l’Impulsion, mais Clay, le personnage principal, le découvre très rapidement (trop rapidement peut-être ?). Pendant tout le livre, les descriptions sont très précises, fidèles au style de l’auteur, mais parfois elles plombent un peu le rythme du récit. C’est pourquoi j’ai eu du mal à continuer ma lecture quelques fois, j’avais l’impression que ça n’avançait pas… Pourtant, l’action est toujours au rendez-vous, mais il y a beaucoup de mystères, les personnages font des plans dont on ne comprend pas toujours l’intérêt ni le déroulement. Et franchement, c’est embêtant, j’avais la flemme de retourner en arrière donc je continuais à lire, mais je ne comprenais pas ce que les personnages faisaient.

Les personnages sont plutôt intéressants, et ont des réactions « humaines », ce que j’apprécie particulièrement dans les romans d’horreur. Clay est le personnage principal, et il est somme toute un homme normal comme tant d’autres: dessinateur de BD, divorcé, père, en voyage d’affaire à Boston (mais il vient du Maine, quelle surprise n’est-ce pas ?). J’ai beaucoup aimé Alice, même si au début elle m’a un peu gonflé à pleurer tout le temps, Tom est sympa, et Jordan est un petit génie de 12 ans que j’ai adoré. Donc, on les suit depuis Boston (sauf Jordan qu’ils vont rencontrer plus tard), jusqu’à LA destination. Je trouve que les raisons pour lesquelles ils y vont sont un peu farfelues, mais bon… Tout est farfelu dans ce livre.

En fait, ce n’est pas du tout des zombies dont on parle dans ce livre. Les morts sont réellement morts, ils ne se relèvent pas. Seuls les gens qui ont téléphoné se « transforment » et tuent des gens, mais ça ne dure qu’au début. Parce que les « siphonés » comme ils les appellent, évoluent. Je n’ai rien contre l’évolution des zombies (ou peu importe ce qu’ils sont), mais là c’est vraiment bizarre. En fait je crois que ce qui m’a gêné, c’est qu’on ne sait pas pourquoi ils évoluent, pourquoi ils emmènent tout les gens dans cet endroit précis, ni QUI et POURQUOI ils ont trafiqué les téléphones, parce que là c’est pas un virus, c’est bien quelqu’un qui a fait ça. Bon il y a bien un indice vers la fin mais voilà quoi.

Je suis assez déçue de ce livre, je me suis accrochée pour le terminer, mais même la fin n’est pas terrible. Cellulaire est très loin d’être le meilleur Stephen King.

°°° L’Ascension du Gouverneur [Horreur] °°°


The Walking Dead : L’Ascension du Gouverneur, Robert Kirkman
éditions Le livre de poche

Dans le monde de The Walking Dead, envahi par les morts-vivants où quelques-uns tentent de survivre, il n’y a pas plus redoutable que le Gouverneur.
Ce tyran sanguinaire qui dirige la ville retranchée de Woodbury a son propre sens de la justice, qu’il organise des combats de prisonniers contre des zombies dans une arène pour divertir les habitants, ou qu’il tronçonne les extrémités de ceux qui le contrarient. Mais pourquoi est-il si méchant ? Dans L’Ascension du Gouverneur, le lecteur découvre pour la première fois comment et pourquoi Philip Blake est ce qu’il est, ce qui l’a conduit à devenir…

Mon avis : 

Attention, GROS coup de coeur !! Je viens de le terminer à l’instant et je suis encore tout tourneboulée ! Je suis dingue de cette saga, et plus particulière du méchant du comics, à savoir le Gouverneur, un vrai sadique. Ce personnage est pour moi, le plus intéressant, le plus travaillé de tous, et j’attend avec impatience la saison 3 de la série pour le retrouver ! Donc quand le livre est sorti, directement au format poche (accessible pour mon porte monnaie), je l’ai tout de suite acheté ! Et il est à la hauteur de mes espérances, c’est le cas de le dire !

L’histoire commence avec Philip, Brian et Penny Blake, qui sont avec Nick et un autre ami qui crève dès le début, donc je me souvient plus de son nom. Ils sont dans leur petite ville natale, puis partent pour essayer d’aller dans le sud. Mais comme vous vous en doutez, ils n’y arrivent pas et s’arrêtent à Woodbury. Ce qui est vraiment intéressant dans ce livre, et de manière générale dans la saga toute entière avec les comics, c’est la psychologie des personnages. Plus l’histoire avance, et plus ils changent dans le mauvais sens, ils perdent leur humanité (complètement ou un petit peu). Comme Rick, Philip, Nick et Brian sombrent petit à petit dans la folie, ils basculent du côté sombre, certains personnages plus que d’autres. Ils sont tellement occupés à protéger leurs enfants (Penny dans ce livre, Carl dans les comics), qu’ils deviennent dingues et sont prêts à tout. 

Leur voyage les amène à traverser une grande partie de la Géorgie, et à rencontrer plusieurs personnes. Toutes ses rencontres ont un réel impact sur le mental des personnages. La violence monte en puissance au fur et à mesure qu’ils doivent survivre, jusqu’à atteindre le sommet vers la fin. Et quelle fin !!! Dans les 10 dernières pages j’ai commencé à me douté d’un petit truc, mais quand j’en ai eu la confirmation, je n’ai pas pu m’empêcher de crier de surprise ! Je ne vais vous en dire plus, ça serait bête de tout gâcher, mais franchement, Robert Kirkman est un pur génie ! 

Avant de commencer ma lecture, j’avais un peu peur du style de l’auteur, plus habitué aux dialogues « directs » dans les comics qu’aux grandes descriptions. Finalement, il a gardé les dialogues spontanés en utilisant le présent, et les descriptions détaillées nous permettent de bien visualiser la scène, leurs sentiments, et surtout leur descente en enfer. Les moments d’action sont bien retranscrits, il n’y a pas d’incompréhension, d’incohérence ou de « trop vite expédié » comme c’est souvent le cas dans les livres. Là, tout est absolument parfait ! Il y a aussi de petits clins d’oeil aux comics, comme le fameux « TOUS MORTS N’ENTREZ PAS ». Je n’arrive même pas à trouver un point négatif tellement ce livre m’a emballé ! 

A tous les fans de Walking dead, sortez vos 8,10e et achetez ce bouquin ! Ça fait du bien de quitter Rick le malheureux quelques instants pour se retrouver en compagnie d’un psychopathe !

N’hésitez pas à me laisser un commentaire, j’aime connaître votre avis :) Rendez-vous sur Hellocoton !

°°° Le corps exquis [Horreur] °°°


Le corps exquis, Poppy Z. Brite
éditions J’ai Lu


Perversion des âmes et poésie du macabre au service d’une des fictions les plus noires jamais publiées sur les serial killers : sans concession, choquante, répulsive. Un roman fascinant et extrémiste. Un livre violent dont aucun lecteur ne sortira indemne.



Mon avis:


Alors pour commencer, au risque de paraître pour une psychopathe, j’ai été plutôt déçue de ce livre ^^ En fait, j’avais lu quelque part, je ne sais plus où, que ce livre racontait le chemin d’un couple de serial killers homosexuels, et donc qu’on allait vivre leur vit sur un laps de temps. En réalité, ce n’est pas ça du tout ! Les deux serial killers sont Andrew et Jay, et si on suit leur vie depuis le début, ils ne se rencontre que 50 pages même pas avant la fin… Ensuite, il y a Tran, un très jeune asiatique drogué qui a été mit dehors après que son père ait su pour son homosexualité, et enfin Luke, le « copain » de Tran. Ces personnages se croisent le long du roman, mais Andrew n’est intégré dans le quatuor qu’à la fin. 


Alors franchement, rien que l’intrigue m’a déçue. Je voulais lire l’itinéraire d’un couple de psychopathe à travers la Nouvele-Orléans, et la scène que j’attendais tant se trouve touuuuut à la fin du livre, autant dire que j’ai dû prendre mon mal en patience ! Cependant, j’ai trouvé ça intéressant qu’on parle autant des séropositifs, car même si aujourd’hui on connait plus de chose au sujet de cette maladie, on voit très bien qu’à l’époque les gays étaient stygmatisés. Pour ce qui est du gore, je ne vais mentir, c’est très (très) violent, mais aujourd’hui comme je suis énormément imunisée contre tout ça, ça ne m’a pas fait grand chose, à part une scène où j’ai dû m’arrêter pour respirer un peu ! 


Je regrette l’absence de réelle intrigue, car maintenant que j’y réfléchie, il n’y en a pas vraiment… J’ai adoré la fn, mais en tant que grosse sadique, j’aurais beaucoup aimé que l’agonie d’une certaine personne dure plus longtemps, vu que j’ai attendu tout le livre pour l’avoir ma scène ! En plus, j’ai eu beau réfléchir pendant un moment, il y a un passage de la scéance de torture que j’ai trouvé plutôt mal faite, à part si le pauvre gars était allongé sur le côté, ou s’il était sur une table de massage avec les fesses dans le trou où on pose sa tête normalement ^^ Ennfin bref ! 


Même si les scènes de violence ne m’ont pas choquées, je recommande quand même ce livre aux personnes qui ont le coeur bien accroché ! Et je reste sur ma fin, vraiment sur ma fin, je ne pense pas relire ce livre, ni un autre de cette auteure.


Ce livre fait parti des livres voyageurs.



Rendez-vous sur Hellocoton !

°°° Walking dead T4 à T6 [Horreur] °°°


Tome 4: Amour et mort

Beaucoup de retournements de situation dans ce tome. Il est plus violent que les autres, les personnages ont vraiment changé, surtout Rick. Déjà que je n’aimais pas beaucoup Rick , là franchement, j’ai été très choquée par son comportement, même s’il pense faire de bons choix et agir pour l’intérêt du groupe. Je pense qu’il est fou et que son rôle de « leader » lui monte à la tête, il se sent responsable de tous les autres membres du groupe, même si pour ça il doit faire des choses horribles. La nouvelle arrivante, Mignonne, est tout sauf mignonne, elle a apporté que des ennuis entre les personnages (j’ai hâte qu’elle meurt celle là). Franchement, je vais me répéter, mais Rick fait vraiment flipper, surtout à la fin dans son discours, j’ai l’impression qu’il veut revenir au temps du Far west, avec ses pendaisons, j’espère qu’il va vite se calmer…


Tome 5: Monstreux

Encore de nombreux rebondissements ! Je trouvais que l’intrigue dans la prison commençait à trainer la patte, mais l’action redémarre avec l’arrivée du Gouverneur. Rick m’a fait de la peine, mais je ne suis toujours pas d’accord avec ses choix, notamment celui de suivre les traces de pas en pleine nuit, dans une forêt pleine de rôdeurs. On ne connait pas encore le fonctionnement de la communauté du Gouverneur, mais de ce qu’on peut voir ça fait peur, le Gouverneur est complètement fou. Ce tome montre parfaitement que les hommes, sans règles fixes ni justice, peuvent facilement devenir des monstres. J’ai eu l’impression de retourner au Moyen âge, où même si le chef est monstrueux, on ne remet aucune de ses décisions en cause parce qu’il apporte la sécurité. Je me demande vraiment comment tout ça va aboutir, je commence vraiment à me faire du soucis pour Rick, Mignonne (la pauvre…) et Glenn.



Tome 6: Vengence

Tout ce que j’ai à dire sur ce tome, c’est qu’il n’est pas à mettre entre toutes les mains ! Je ne suis pas du tout quelqu’un d’impressionnable, l’abondance de gore ne me dégoûte pas, et je rigole quand quelqu’un se fait éventrer. J’irais même jusqu’à dire que j’aime ça, mais j’aurais l’air d’une grosse psychopathe ^^ Et pourtant, j’ai failli vomir devant la séance de torture du Gouverneur, franchement c’est affreux, même en y repensant ma nausée revient ! A part ça j’ai beaucoup aimé ce tome, je pense que je l’oublierais jamais, marquée à vie par toute cette horreur ! Donc là je vais arrêter mon avis, je préfère éviter de vomir sur mon ordi 


Rendez-vous sur Hellocoton !

°°° Walking dead T1 à T3 [Horreur] °°°

Je suis une très très grande fan de zombies, et d’ailleurs j’ai commencé à écrire un roman sur ce thème. Comme j’adore la série, je me suis dis que ça serait mieux de lire la BD originale pour me faire une idée, et surtout voir les libertés prises par la série. D’habitude j’aime pas trop tout ce qui est BD et manga, je me suis donc lancée un petit défi personnel ^^ J’ai tous les tomes en e-book, mais je vais faire mes chroniques tout les trois tomes ! 


Tome 1: Passé décomposé

J’ai été très surprise par les grandes libertés qu’on prit les scénaristes de la série quant aux personnages ! Au début, j’ai été « triste » que Shane ne soit que dans ce tome (quel choc d’ailleurs !!), car dans la série c’est mon 3e personnage préféré, mais finalement on voit après que ça passe tout seul ! La scène du tank et l’intrigue générale d’Atlanta a aussi été enlevée (pourtant j’adoooore cette scène), et les retrouvailles avec Lori et Carl sont un peu moins émouvantes je trouve… En gros, j’ai été incapable de lire ce premier tome sans le comparer avec la série, mais comme les deux sont très différents, j’ai beaucoup aimé la version comic ! Et finalement, heureusement que les deux ne sont pas pareils, car j’ai eu l’impression de redécouvrir l’histoire, de redécouvrir les relations entre les personnages, qui sont complètement à l’opposé de celles de la série, à cause de l’ajout/suppression de personnages. Enfin bref, une vraie réussite !! 



Tome 2: Cette vie derrière nous

Dans ce tome, on retrouve la famille Greene et leur fameuse ferme. Là franchement, j’ai été super soulagée que Sophia ne se perde pas ! Parce qu’à mon avis c’est vraiment cette intrigue qui a « gâché » le rythme de la série… En plus, Sophia est tellement mignonne avec Carl ! Par contre, Daryl me manque vraiment, c’est mon premier personnage préféré, et Teerese ne le remplace pas. Daryl a ce côté « bad boy au grand coeur » que j’adore (avec sa grosse moto et ses gros muscles), et je suis contente qu’ils aient rajouté son personnage dans la série ! Encore une très bonne lecture !


Tome 3: Sains et saufs ?

Avec ce tome, il est n’est plus possible de faire la moindre comparaison avec la série, ce qui m’a permis d’apprécier encore plus l’histoire ! Ce tome est tout en rebondissement, en retournement de situation, et plusieurs fois j’ai été très très surprise, au point de « crier », tellement j’étais choquée ! Rick me déplait de plus en plus, on voit bien qu’il a changé de caractère et de convictions en seulement trois tomes. J’aime pas trop Teerese non plus, et son histoire avec Carol me laisse de marbre (d’ailleurs elle est bizarre la Carol avec Lori hein. Hum). Ensuite, j’aurais jamais cru dire ça, mais j’aime pas le couple Glenn/Maggie, et pourtant je suis en totale admiration devant Glenn (2e personnage préféré) dans la série (moins que Daryl quand même), comme quoi.  



Pour conclure, Walking Dead m’a réconcilié avec le format BD, et les intrigues sont beaucoup plus poussées et construites dans le comic. Les relations différentes entre les personnages m’ont un peu dérangé au début (surtout Dale/Andrea, berk), et j’aime moins Glenn, et j’ai pas compris pourquoi il s’était coupé les cheveux non plus, enfin bref. J’ai quand même compris à quel point j’étais une grosse groupie de Daryl, et que je faisais définitivement partie de la Team Shane dans la série. 


A lire, même si on aime pas les zombies ! Car l’intérêt de cet histoire est la psychologie des personnages dans un monde en ruine, et les intrigues sont vraiment géniales et originales, on ne sait jamais à quoi s’attendre ! 


Rendez-vous sur Hellocoton !

°°° Fog (2e tentative de lecture) [Horreur] °°°


Fog, James Herbert
éditions Milady


Cela commença par un tremblement de terre. Dans la confusion, au milieu des cris des victimes, personne ne prêta vraiment attention à ce brouillard jaunâtre qui s’échappait de la terre éventrée et que le vent eut tôt fait d’emporter vers la campagne anglaise. Puis des massacres inexplicables, déments, furent signalés sur le passage de la nappe de brouillard. Elle se mit à croître, progressant inexorablement vers les zones les plus peuplées d’Angleterre…

Mon 2e avis:

Dans mon premier avis sur Fog, je n’avais pas réussi à le terminer, et je lui avais trouvé plusieurs défauts. En fait, quand je me suis arrêtée, je devais être dans la partie « molle » du livre, qui dure une cinquantaine de pages environ, et si j’avais lu 3 pages de plus j’aurais pu le terminer, parce que j’étais pas loin de l’action !

L’action redémarre d’un coup, avec une tentative d’Holman et d’autres personnes du gouvernement pour détruire le coeur du brouillard. Holman part seul dans Londres afin de retrouver le camion hyper blindé du gouvernement. A partir de là, il n’y a que de l’action, j’ai adoré ! Holman perd un peu de son humanité, vous savez comme dans les films de zombies: les zombies ne sont plus des hommes, il faut les tuer, donc on a aucune pitié. Le problème est que certaines personnes « folles » ont une manière particulière de l’être, ils ont l’air sain d’esprit, et du coup on a l’impression d’être devant des malades, on a pas vraiment envie de les tuer. Un peu comme dans Walking Dead si vous regardez, le docteur pense que les zombies sont des personnes malades qu’il ne faut pas tuer, à l’inverse de Shane et les autres.

Les digressions qui m’avaient déplut dans plus de la moitié du livre sont encore présentes, mais cette fois elles sont, à mon sens, indispensables pour contribuer à l’effet de terreur qui s’abat sur Londres, donc ça ne m’a pas dérangé. Je regrette cependant que la fin soit si expéditive, j’aurais voulu un « 1 mois plus tard », pour savoir si le brouillard a disparu ou pas, si les personnes folles le sont toujours, et surtout s’il y a des survivants ! Je me suis posée une question très débile, mais qui se pose quand même: « Où est passée la famille royale ???? » ! Ça aurait été marrant de montrer un Prince Charles fou, n’en parlons pas de la Reine ^^ Même une simple évocation qui dirait qu’ils se sont cachés dans un abri anti-atomique aurait été la bienvenue ! Et j’aurais aimé que l’auteur s’étende un peu plus sur les personnes qui ont l’air d’être immunisé, ça m’a vraiment intrigué.

Finalement, je dois reconnaître que j’ai jeté l’éponge un peu trop rapidement, et qu’une fois passées les 50 pages à vide, le livre est génial ! Je vous le conseille !



Ce livre fait parti des livres voyageurs.



Rendez-vous sur Hellocoton !