°°° Sentiment 26 [Dystopie] °°°

Sentiment 26, Gemma Malley
éditions Michel Lafon

2065. Après une guerre qui a plongé le monde dans le chaos, le Guide Suprême a pris le commandement de la dernière Cité. Ce refuge, ceinturé d’une muraille fortifiée, est organisé en différentes castes : de A à D, des citoyens Admirables aux citoyens Déviants. Pour préserver l’harmonie, tous ont subi une lobotomie. C’est la garantie qu’ils n’agiront jamais contre le Système et respecteront les Sentiments, le livre qui régit leur moralité. Et surtout qu’ils ne s’aventureront pas hors de l’enceinte, chez les Maudits, ces odieuses créatures qui hantent la nuit de leurs cris inhumains… Evie, 16 ans, une B, travaille pour le gouvernement et étiquette d’une lettre, jour après jour, l’ensemble des habitants. Promise à Lucas, être froid et distant, parfait A et futur haut dirigeant, elle est en fait amoureuse de son frère Raffy, infréquentable D. Et quand le Système lui ordonne de bannir Raffy sur les terres des Damnés, elle refuse de s’exécuter. Elle trouve un soutien inattendu en la personne de Lucas. Auront-ils la force de s’opposer, ensemble, à la Cité ?

Mon avis:

Tout d’abord, je tiens à remercier une nouvelle fois Mia, qui nous a fait découvrir ce livre qui vient de Guadeloupe !

J’ai découvert Gemma Malley avec la trilogie La Déclaration, que j’avais plutôt aimé dans l’ensemble, et il se trouve que Sentiment 26 lui ressemble beaucoup. La Cité est un endroit encadré par le Frère, où les habitants sont classés de A à D. Les 130 premières pages à peu près se contentent de présenter le contexte, le mode de vie des habitants de la Cité, les règles ainsi que les personnages. On se doute un peu de ce qu’il va se passer vu que tout est déjà dit dans le résumé… Le monde de cette dystopie est très crédible, surtout quand on apprend le pourquoi de sa création. Je trouve qu’à la base ça part vraiment d’une bonne idée, mais comme toute dystopie il y a un moment où ça part en vrille.

Evie ressemble beaucoup à Anna de La Déclaration, elle croit en la Cité, elle veut être parfaite et suivre les règles. Dans la Cité, les parents choisissent le futur mari de leur fille, et Evie doit se marier avec Lucas, un A, sauf qu’elle aime son frère, Raffy, un D. Je ne me suis pas trop attachée ni identifiée à Evie, et Raffy m’a franchement laissé de marbre. Il m’a énervé à plus d’une reprise, et sa relation avec Evie est très compliquée à cause de Lucas. J’ai beaucoup aimé le personnage de Lucas, pour moi c’est lui le personnage principal même si on le voit rarement et que l’histoire est du point de vue d’Evie. Les personnages secondaires sont plus intéressants que Raffy et Evie. C’est comme dans Harry Potter, tout le monde aime les personnages secondaires et pas le héro principal ^^

L’action est assez mollassonne, on ne trouve pas le suspense d’autres dystopies… En fait, j’avais l’impression que tout se déroulait de la façon dont ça devait se dérouler vous voyez ce que je veux dire ? Il n’y a pas vraiment de surprise ni de rebondissement, le triangle amoureux est classique, la fin l’est tout autant. Heureusement, le style de l’auteure se lit facilement, et il n’y a pratiquement pas d’ennui (à part vers le milieu). J’ai beaucoup aimé en apprendre plus sur le Frère, les Maudits, la naissance de la Cité, le Grand Baptême…  Mais ça s’arrête là.

Je suis un poil déçue par ce livre, je m’attendais à un peu mieux ! Mais il reste très agréable à lire, et je lirais la suite avec plaisir !

Publicités

°°° Le Tourneur de pages: Passage en Outre-monde [Jeunesse] °°°


Le Tourneur de Page, Passage en Outre-Monde, Muriel Zürcher
éditions Eveil et découvertes

La vie sous la Bulhavre est sévèrement réglementée. Aussi, le jour où Alkan bricole une planche à roulettes, il n’a d’autre choix pour la tester que d’enfreindre la règle du couvre-feu. Et c’est juché sur son engin qu’il heurte de plein fouet Liriana. Pire ! Il brise sa misphère, cet élément greffé sur le ventre à la naissance des enfants et contrôlé à distance par les tourneurs afin de réguler l’état de santé physique et psychique des habitants. Liriana lui révèle qu’elle s’est enfuie en Outre-Monde après s’être résolue à arracher sa misphère. Malgré les risques, Liriana et ses compagnons reviennent régulièrement dans la Bulhavre pour aider les fugitifs. La tourneuse alpha Iriulnik les traque sans répit.

Mon avis:

Comme dans toute dystopie, il faut créer un nouveau monde, qui est içi la Bulhavre. C’est une sorte de « prison dorée », où toute notre vie est réglée en fonction de 10 000 règles, que les enfants passent leur temps à apprendre. Tout est fait pour que la diversité des races persiste, et les habitants ne mangent que des algues, et quelques fois du poisson J’ai adoré découvrir ce monde, qui n’est pas si idyllique et qui pourrait bien arriver dans le futur, puisque il s’agit d’une idéologie appliquée à l’extrême. J’ai trouvé le rôle de la misphère très intéressant (mais horrible), c’est un bon moyen de contrôler l’esprit des gens afin d’en faire tout ce qu’on veut, ça fait peur, mais c’est très bien trouvé ! Je trouve juste un peu dommage qu’on en sache pas un peu plus sur la vie quotidienne des habitants, mais bon c’est moi qui pousse un peu loin le sens du détail !

J’ai beaucoup aimé les personnages, qui sont tous très attachants (ou pas) et bien construits. Alkan et son frère sont très courageux, on ne sait pas quel âge ils ont, mais je pense qu’ils sont matures pour leur âge. Les habitants de l’Outre-Monde sont tout aussi bien réussi, j’ai adoré Artelune, qui embête toujours Alkan ! Les parents ne sont pas en reste, car ils prênent tous des décisions très difficiles, tiraillés entre la protection de leurs enfants ou celle du village, leur propre sécurité passe toujours en dernier. Ensuite, les méchants sont de vrais méchants ! Iriulnik m’a fait froid dans le dos, c’est un vrai tyran qui porte les oreilles de ses victimes autour de son cou… Berk. Je regrette que l’auteure n’ait pas parlé un peu plus des abominables, ce peuple d’Outre-Monde qui m’a fait pensé au Bigfoot vous savez, j’espère en apprendre plus dans les prochains tomes ! 

Le style de l’auteure est fluide, agréable, je ne me suis pas ennuyée une seconde ! L’action est bien menée, il y a de l’émotion, de l’action, du suspence, bref, tout ce qu’il faut pour faire un bon livre ! C’est tellement bien écrit que, pour une fois, je n’ai pas eu à relire certains passages, et c’est assez rare pour être souligné ! On alterne souvent de point de vue, et ce qui est bien, c’est qu’on ne reste pas toujours avec Alkan ou Tahar, on suit même des personnages secondaires. Même si ce livre est classé jeunesse, je pense que beaucoup d’adultes l’aimeront, puisque tout le monde ou presque aime les dystopies !  

Je vous conseille vraiment ce livre, qui est un véritable coup de coeur, et je remercie encore Babelio et l’Operation Masse Critique Jeunesse !



Ce livre fait parti des livres voyageurs.



Rendez-vous sur Hellocoton !

°°° C’es lundi ! Que lisez-vous ? [Humeurs] °°°



Un rendez-vous initié par Mallou et repris par Galléane pour échanger sur ses lectures passées, en cours et à venir !

  • Cette semaine, ma grande lecture a été le dernier tome de La Déclaration, de Gemma Malley. Je termine cette saga avec un avis plutôt mitigé: après un premier tome très prometteur, je trouve que l’intrigue piétinne, pour terminer avec un épilogue pas très folichon ! 

Cette semaine, j’ai réussi à terminer la lecture de:

  •  Hex Hall, de Rachel Hawkins. J’ai aimé ce roman, qui même s’il ne révolutionne pas le monde du fantastique, m’a fait passer un agréable moment. Je vais lire le tome suivant, en espérant qu’il y ait un peu plus d’action !

Je suis en train de lire:

  •  Ne jamais te croire, de Melissa Marr, qui est la suite de Ne jamais tomber amoureux, que j’ai chroniqué il y a déjà pas mal de temps ! Pour l’instant je ne suis pas franchement convaincue par le début de l’histoire, que je trouve assez lente et ennuyeuse… Mais j’ai envie d’en savoir plus sur la Cour du Roi des Ténèbres, à voir donc !

Cette semaine, j’aimerai lire:

  •  La Honte ! que je vous ai présenté hier, vu qu’il est tout petit il ne va pas me prendre beaucoup de temps. Et j’aimerai aussi commencer Le Prix du Pécher, d’Elodie Lyonnet, vu que j’ai trois semaines pour le lire, ça serait bien de l’avoir terminer avant ! Et s’il me reste du temps, pourquoi ne pas entamer Jude R, que je dois lire avant le 21 décembre, ce n’est pas pressé, mais j’aime me « débarasser » des lectures de partenariat pour ne pas être en retard !

Et je n’ai toujours pas abandonné de livre !




Rendez-vous sur Hellocoton !

°°° La Déclaration, Tome 3 [Dystopie] °°°


La Déclaration Tome 3: La Révélation, Gemma Malley
éditions naïve

Royaume-Uni 2142.
Peter et Anna coulent des jours tranquilles en Ecosse avec leur fille Molly, vivant à une adresse secrète pour leur protection. Pendant ce temps à Londres, un événement affole la puissante société Pincent Pharma qui commercialise les pilules de Longévité: une étrange épidémie provoque la mort subite de centaines, puis de milliers de gens semant consternation et affolement dans cette société qui avait occulté toute idée de mort…

Mon avis:

Je suis un peu déçue par ce dernier tome… Ce n’est pas marqué sur ce résumé, mais la 4e de couverture donne l’idée d’une vraie révolution, où les Légaux prendraient conscience de l’horreur de la Déclaration et de la situation des Surplus. Et bien non, rien ne change par rapport aux autres tomes, résumé mensongé va ! Le récit nous montre vraiment les limites de la Longévité: le rationnement de la nourriture et de l’énergie, l’ennui, la peur de la mort ect. En fait, les gens passent plus de temps à se refaire une beauté qu’autre chose, c’est pas très folichon tout ça !

Côté personnage, je regrette le peu de présence d’Anna, moi qui pensais que seul le tome 2 se concentrait sur Peter, je me trompais ! Surtout que la on ne parle pas vraiment de Peter à vrai dire, on suit plus les aventures de Jude et Sheila au sein du réseau souterrain. Je n’aimais pas trop Paul, le leader du Réseau, et je ne l’ai pas plus aimé dans ce tome-ci, je le trouve plutôt antipathique comme personnage… 

L’intrigue est plutôt bien mené, avec plusieurs renversements de situation au niveau des personnages. Je dois avouer que je ne m’y attendais pas du tout ! Mais alors pas du tout ! Le virus de la Longévité est un bon moyen de montrer que vivre éternellement est contre nature, et j’ai bien aimé les scènes un peu gores qui montrent la mort des Légaux ^^ Malheureusement, même si la fin était très surprenante, j’ai trouvé que le retournement d’opinion d’un certain personnage était un peu trop rapide, lui qui était plein de convictions à changé d’avis trop vite à mon goût ! 

L’épilogue n’est pas vraiment nécessaire, puisqu’on n’y apprend pas grand chose de plus qu’à a fin du roman… Surtout qu’on ne parle pas d’Anna et Peter, ils sont juste évoqués vite fait ! Tout comme Jude et Sheila, j’aurais bien aimé avoir plus de détails sur leur nouvelle vie. Et j’aurais préféré en savoir un peu plus sur la transition…

Pour conclure, La Déclaration est une trilogie sympatique et agréable, avec un bon sujet dystopique dans le Tome 1, mais qui malheureusement s’essoufle au fil des tomes, avec un épilogue plus ou moins bâclé. Néanmoins, j’ai passé de bons moments de lecture, et je vous les conseille !

Cliquez sur les images pour lire mes avis sur les tomes précédents !

Rendez-vous sur Hellocoton !

°°° La Déclaration Tome 2 [Dystopie] °°°


La Déclaration Tome 2: La Résistance, Gemma Malley
éditions naïve

Angleterre, 2150.
La mort n’existe plus. Les hommes vivent à l’ère de la Longévité : pas de morts… mais, pour éviter le surpeuplement, pas de naissances non plus. Peter et Anna ont un point commun : ils n’auraient jamais dû naître. Parce qu’une vie éternelle leur semble contre nature, parce que le système de la Longévité a gâché leur enfance, parce qu’il menace leurs rêves, ils ont décidé d’entrer en lutte. Pour sa suppression.

Au sein du Réseau souterrain, la résistance s’organise : Peter a pour mission d’infiltrer le plus grand des laboratoires, le centre névralgique du système, Pincent Pharma… dirigé par son grand-père, Richard Pincent. Un homme puissant et influent, bien décidé à faire plier les rebelles ; une présence troublante pour Peter : quand les liens du sang s’en mêlent, tout se complique…

Mon avis:

Ce tome se concentre principalement sur la Longévité, Pincent Pharma, et Robert Pincent. Nous lisons l’histoire à travers les yeux de Peter, que j’ai trouvé plus intéressant qu’Anna. Son rapport avec le Réseau Souterrain est compliqué, on ne sait jamais s’il leur fait confiance ou pas, et je me suis également mise à doûter sur les intentions de ce Réseau. Anna, Peter et Ben vivent dans une petite maison, et malgré le fait qu’ils soient tous les trois des Légals, leur vie n’est pas facile tout les jours: les gens les regardent comme des monstres de foire. C’est surtout grâce à Anna que nous voyons que le peuple a peur de la jeunesse.

Le style de Gemma Malley est plus agréable à lire, plus fluide, et il y a moins de longueurs. Même si la plus grande partie de l’action se déroule dans Pincent Pharma, je n’ai ressenti aucun ennui. J’étais très curieuse à propos de la Longévité, j’ai beaucoup apprécié d’en apprendre plus sur ces pilules. L’intrigue principale tourne autour de la signature de la Déclaration par Anna et Peter: le jeune garçon, qui au départ refusait cathégoriquement de la signer, va finalement douter… Je me suis moi-même demandé s’ils devraient la signer ou pas, et ce que j’aurai fais dans leur situation. 

L’action n’apparaît que vers la fin, mais ça n’est en aucun cas handicapant pour la lecture du livre. La fin m’a scotché ! Je ne m’attendais pas à ce que la Longévité + soit construite de cette façon, et j’en ai été choqué, voire dégoûté, on se demande comment Richard Pincent peut faire des choses pareilles pour vivre éternellement… 

Il me tarde de lire le dernier tome, je veux savoir si les gens vont se révolter contre la Longévité !



Rendez-vous sur Hellocoton !

°°° Le combat d’hiver [Dystopie] °°°


Le combat d’hiver, Jean-Claude Mourlevat
éditions Gallimard (Pôle fiction)


Le combat d’hiver est celui de quatre adolescents, évadés de leur orphelinat-prison, pour reprendre la lutte perdue par leurs parents, quinze ans plus tôt.
Ont-ils la moindre chance d’échapper aux terribles « hommes-chiens » lancés à leur poursuite dans les montagnes glacées? Pourront-ils compter sur l’aide généreuse du « peuple-cheval »? Survivront-ils à la barbarie des jeux du cirque réinventés par la Phalange?
Leur combat, hymne grandiose au courage et à la liberté, est de ceux qu’on dit perdus d’avance. Et pourtant.



Mon avis:



Je me fais de plus en plus rare sur ce blog, la faute à mes cours. La reprise est toujours difficile, j’enchaîne les exams, et je prépare intensivement ma première vraie dissertation de philo en 4h, ainsi que plusieurs bacs blancs… J’ai donc moins de temps pour lire, et il m’a fallu une semaine pour terminer Le combat d’hiver, qui en plus n’est pas très épais ! Plusieurs lectrices m’avaient conseillé ce livre, vu mon amour pour Jean-Claude Mourlevat, et je n’ai pas été déçu !


Ce livre regroupe tout ce que j’aime dans un livre, des jeunes plus anti que héros, une révolution qui se met en marche… J’ai trouvé que ce roman étaient composés de plusieurs romans, puisque l’on passe d’une intrigue à une autre. Le début ressemble énormément à La Déclaration: des enfants enfermés dans un internat à cause de leurs parents, un cachot, une haine contre le gouvernement… Heureusement, la comparaison s’arrête là. J’ai beaucoup aimé l’univers de ce roman, c’est assez poétique, léger, un peu comme Terrienne. Mais l’intrigue évolue vers plus de violence que les autres romans de cet auteur, tout en gardant ce côté léger. Oui je me répète mais je ne sais pas comment exprimer ce que j’ai ressenti avec ce livre !


Ce qui est étonnant, ce sont les personnages. Le vrai personnage principal est Milena, et pourtant, nous suivons principalement le point de vue d’Helen, ce qui nous permet de voir comment les autres perçoivent cette jeune fille, symbole de la révolution. Milos m’a beaucoup fait penser à Peeta ! Il est aussi gentil que lui, ferait tout pour les personnes qu’il aime, et surtout il est très courageux. De plus, la seule chose qui lui permet de tenir (dans un moment difficile du livre) est un geai ! J’ai eu un énorme coup de coeur pour Basile, l’homme cheval, il est extrêment touchant dans ses paroles, dans ses actes, il n’est que gentillesse, et il m’a plusieurs fois ému.


J’ai été un peu déçu par l’avancée assez lente de l’intrigue, il faut attendre plus de la moitié du roman pour comprendre la signification du titre. Ensuite, tellement de choses ressemblent à d’autres romans, que plusieurs fois je me suis dis « Mouais, c’est du déjà vu tout ça », même si Le combat d’hiver est sorti quelques années avant La Déclaration et Hunger Games. Je pense que j’aurai plus apprécié ce livre si je ne les avais pas lu avant… 

C’était une bonne lecture, même si ce n’est pas mon préféré de Jean-Claude Mourlevat !





Rendez-vous sur Hellocoton !

°°° Top ten tuesday 3# [Humeurs] °°°





Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.


Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog de Iani.


Voici le thème de la semaine :

Les 10 livres que vous garderiez à tout prix dans votre bibliothèque s’il ne devait rester qu’eux

Il y a beaucoup de livres que j’aimerais garder, je vais essayer de faire mon choix ^^ 

  •  Les tomes 7 et 10 de la saga Bobby Pendragon, parce qu’ils sont plein d’action, de révélation. . . 







  •  La rivière à l’envers, Hannah. Le livre qui m’a fait adoré Jean-Claude Mourlevat !

  •  Ravages, de René Barjavel. Mon livre préféré !

  •  Un horizon de cendres, de Jean-Pierre Andrevon. Le meilleur livre sur les zombies que j’ai lu jusqu’à présent ! 

  •  Le tome 1 de Hunger Games, la meilleure dystopie !

  •  Le tome 1 de Peggy Sue et les fantômes, de Serge Brussolo, car l’histoire est très originale, et que je l’ai déjà lu trois fois !

  • Le dernier tome d’Harry Potter, je ne compte même pas le nombre de fois que je l’ai lu ! Un classique !

  •  Et enfin, les tomes 1 et 3 de Gone, de Michael Grant, la tension est à son maximum !











Rendez-vous sur Hellocoton !