°°° Une rose au paradis [SF] °°°

Une rose au paradis, René Barjavel
éditions Pocket

Une gigantesque manifestation réunit, place de la Concorde, des millions de femmes enceintes venues dénoncer les effets de la bombe U. Mais il est déjà trop tard… Le cataclysme se déclenche. La planète Terre est réduite à néant. Cependant, Lucie, l’une des manifestantes, échappe mystérieusement à la déflagration. Seize ans plus tard… Lucie vit avec son mari et ses enfants dans un univers étrange où le temps n’existe plus, où il suffit d’appuyer sur un bouton pour obtenir vêtements et nourriture. Que s’est-il passé ? Pourquoi ont-ils échappé au cataclysme ? Qui est l’énigmatique Monsieur Gé que les enfants assimilent confusément à un Dieu ?

Mon avis:

Je n’ai pas été autant emballée par ce livre que par les autres Barjavel… On retrouve pourtant l’univers familier de l’auteur, à savoir un espace aseptisé (oui pour une fois ce n’est pas utopique), avec un distributeur de vêtements et de nourriture, comme dans  La nuit des temps. Mais les vêtements sont tous les mêmes, la nourriture n’est que du poulet rôti, l’environnement est faux. Dès le début, on se demande pourquoi ils sont là qu’est-ce qu’il s’est passé pendant la grande manifestation pour qu’ils atterrissent dans cet endroit.

Les personnages ne m’ont pas autant touché que d’habitude je dois bien l’avouer. L’histoire d’amour est plutôt bizarre en va dire, Barjavel aime les enfants qui font l’amour, comme on le voit dans Le grand secret ^^ Mais là, c’est encore plus étrange ! Je ne vais vous dire pourquoi, mais j’ai des doutes sur les intentions de l’auteur !  Quand j’ai terminé le livre, j’ai eu une sensation bizarre, en fait, je ne sais pas si Monsieur Gé était méchant ou gentil, je n’ai aucun avis sur lui, et quand je n’ai pas d’avis sur un personnage, c’est que quelque chose ne va pas. Lucie et son marie Jonas m’ont aussi laissé indifférente, mais Lucie m’a agacé par moment, surtout vers la fin. J’ai été exaspérée par les dialogues « Maman c’est quoi un caillou » « Maman c’est quoi la mer », je sais bien que les enfants n’ont pas connu la vie en dehors de l’arche, mais quand même !

Malgré tout, ce livre a été écrit en pleine Guerre Froide, et l’historienne qui sommeille en moi a directement remarqué que la bombe U, c’était la course à l’armement nucléaire dans les années 60. Tout le monde a redouté la guerre nucléaire totale, qui heureusement n’est pas arrivée, et comme Fabrice Colin le fera plus tard dans La fin du monde, Barjavel nous montre les conséquences que la bombe aurait eu sur notre planète.  J’en ai eu froid dans le dos, et toutes les petites choses qui m’ont agacé (les personnages donc), ne sont rien en fin de compte, car le message délivré dans le livre est très puissant.

Je n’ai pas eu de coup de coeur avec ce livre, et c’est la première fois que ça m’arrive avec René Barjavel, mais je suis contente de l’avoir lu ! Il me manque quelques livres à livre de cet auteur, j’ai hâte !

 

°°°Ravage [Anticipation]°°°


couv14430286.gif

Ravage, René Barjavel
édition Folio

Paris 2052; dans une France où la Ville prospère , où le Progrès de l’homme éclate, où l’électricité, devenue indispensable, a même remplacé l’agriculture, tout semble possible et l’Homme n’a même plus peur de la mort. Pourtant, après une formidable panne électrique, la ville est brusquement plongée dans le chaos.


Un panique effroyable prend les Parisiens, laissant les hommes en proie à leurs instincts les plus primaires: égoïsme, folie, pillages, tuerie, barbarie…

Mon avis:

Quelles péripéties pour trouver ce livre ! Je l’ai cherché durant des semaines à la Fnac, avant de comprendre que je cherchais au mauvais endroit -_-‘ Enfin bref, j’ai bien fait de m’accrocher, sinon je serais passée à côté de ce livre, que je considère depuis comme mon livre préféré ! C’est rare que j’adore à ce point un livre, d’habitude je suis plus saga, et bien là, j’ai quand même lâché un Wahou quand je l’ai terminé, c’est dire ! Et pourtant, autant vous dire que quand je l’ai commencé c’était pas gagné…

L’histoire se passe dans une France du futur, en 2052 exactement. L’Homme a fait des progrès technologiques incroyables: le lait sort par un robinet, la viande se reconstitue d’elle même, et chaque maison possède son propre musée aux morts, où sont entreposés nos défunts, mimant des scènes de la vie quotidienne. Gore. Le pire, c’est que tout ça pourrait vraiment arriver dans quelques années, ce qui fait encore plus peur.

Au début du livre j’ai vraiment pensé à abandonné… Les personnages ne m’intéressaient pas, et il y avait beaucoup de descriptions sur la ville et sa technologie, j’ai pas accroché. En parlant des personnages, j’ai dû faire ma petite recherche pour me rappeler de leur nom, ce n’est pas le genre de personnes auquel on s’attache, on suit leur périple à travers la France plongée dans le chaos, mais on n’est pas triste si l’un d’eux meurt vous voyez. C’est sûrement à cause du manque d’informations que l’on a sur eux, on sait juste que François est amoureux de celle qu’il appelle « Blanchette » (ahem…), sauf que cette dernière préfère épouser un magnat de la radio. Le pauvre.

Le héros, François donc, est détestable, mysogyne, autoritaire, et cela va se faire ressentir sur la fin du roman. Mais quelle fin ! Je ne peux pas vous en dire plus pour ne pas gâcher votre plaisir, mais ce livre est à lire uniquement pour la fin en fait ! C’est le genre de truc qui vous fait réfléchir toute la nuit, et encore après d’ailleurs, tellement c’est énorme. Mais c’est tellement spécial que je pense que beaucoup de gens n’aimeront pas… Une autre chose que j’ai beaucoup aimé, c’est la partie intitulée « Le chemin de cendres », c’est incroyable comme c’est génial *_* Depuis ce livre et Un horizon de cendres, mon autre livre préféré, je voue un véritable culte au mot « cendre »,
ridicule je sais.

Si vous aimez tout ce qui est roman d’anticipation, je ne peux que vous le
 recommander !! 

Ce livre fait parti des livres voyageurs.


Rendez-vous sur Hellocoton !