°°°J’ai quinze ans et je ne veux pas mourir [Histoire] °°°




J’ai quinze ans et je ne veux pas mourir, Christine Arnothy
édition Le livre de poche

  La Seconde Guerre mondiale ravage le continent européen. En 1944-1945, les Allemands occupent
 Budapest et veulent gagner leur ultime bataille contre les Russes dans la ville martyre bombardée jour et nuit. Il faut survivre sous les décombres.Christine Arnothy se réfugie avec ses parents dans la cave d’un immeuble au bord du Danube. Écrivant à la lumière d’une bougie, elle raconte les événements quotidiens, évoque la faim et la soif. Pour aller chercher de l’eau avec son père, elle doit enjamber les cadavres dans les rues.Après deux mois de siège, la ville, comme toute la Hongrie, est occupée par les Soviétiques. Choisissant la liberté, Christine et ses parents franchissent à pied la frontière austro-hongroise et aboutissent dans un camp de réfugiés en Autriche.La vocation d’écrivain de cette adolescente s’est révélée face à la mort. Ce journal de guerre et sa suite, Il n’est pas si facile de vivre, sont lus dans le monde entier.  

Mon avis:

Cet article est l’occasion pour moi de vous parler de mon amour pour l’Histoire, et plus particulièrement des deux Guerres Mondiales. Ce livre est une relecture, je l’ai lu il y a trois ou quatre ans et je l’avais adoré ! Et comme avec chaque relecture, j’ai eu quelques surprises…

Je ne me rappelais plus que ce livre était en deux parties, J’ai quinze ans et je ne veux pas mourir, mais aussi Il n’est pas si facile de vivre. Je n’avais plus aucun souvenir de cette dernière partie ! Et pour cause, même si je déteste dire du mal d’un livre basé sur une histoire réelle, j’ai largement préféré la première.  Elle raconte l’histoire de la narratrice, Christine Arnothy, qui tente de survivre au célèbre siège de Budapest avec ses parents et les autres habitants de son immeuble. On ressent l’angoisse et la peur en même temps de « l’héroïne », notamment lors des bombardements, et on a de la peine lorsque quelqu’un meurt. C’est d’ailleurs ce que je préfère et déteste en même temps avec les livres Historiques: les personnes qui meurent le sont vraiment, mais celles qui survivent le sont également. Les scènes qui montrent l’atrocité de cette Guerre sont vraiment bien écrites, je me suis surprise à avoir la gorge serrée ! 

La deuxième partie est axée sur la fuite de la Hongrie vers l’Autriche, on vit avec Christine le
 manque de nourriture, la peur d’être attrappée par l’ennemi ect. J’ai moins aimé cette partie car j’ai déjà lu beaucoup de livres qui relatent des parcours similaires, j’ai donc moins accroché. Néanmoins, cela reste bien écrit et la lecture est très agréable. Comme avec Le journal d’Anne Franck, la jeune fille nous laisse entrer dans son intimité, et nous découvrons toutes les craintes et les désillusions d’une adolescente qui a grandi trop vite, cela la rend vraiment attachante.

Je conseille ce livre à tous les amoureux des Guerres, mais aussi aux autres, aux jeunes et aux moins
jeunes, car cela reste un témoignage de notre Histoire.

Avez-vous lu des livres sur les deux Guerres qui vous ont particulièrement plu ? Je suis
preneuse ! 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s